Archive mensuelles: décembre 2014

Consommer responsable – Rdv en terre inconnue : Maloriel à la coopérative bio

Aujourd’hui, je me suis enfin décidée à passer voir à quoi ressemblait la coopérative bio proche de chez moi, dans le centre commercial Grand-Quartier, au nord de Rennes, à côté de Leclerc. Cette coopérative locale adhère au réseau Biocoop présent partout en France, et je me suis dit que, puisque je suis à la recherche d’une alimentation plus en phase avec le monde qui m’entoure, ce serait une bonne idée d’y faire un tour.

Mais je ne suis pas Adriana Karembeu au Kenya, aussi il me manquait mon propre Frédéric Lopez pour faire la visite. Par contre, comme Adriana, je me suis extasiée – ou presque. Allez, je vous raconte mon après-midi.

Après être passée dans un Décathlon géant m’acheter des rollers un peu girly (!) pour me remettre au sport, je me suis dirigée à travers les troupeaux de voitures habituels à ce quartier et je me suis faufilée sans commettre la moindre erreur d’orientation (hourra) dans la petite rue de la zone commerciale abritant la coopérative. J’entre alors dans un magasin qui est un vrai petit supermarché, et j’ai le plaisir de découvrir qu’il possède tout ce dont on peut avoir besoin (alimentation, hygiène, produits d’entretien). J’hésite un moment dans le rayon vrac parce que oui, vous pouvez rigoler, je ne me suis jamais servie de quoi que ce soit en vrac (peut-être à la rigueur des bonbons il y a très très longtemps). Alors comme avec moi les mécanismes les plus simples se montrent parfois fort réticents, j’ai craint un moment de me retrouver bête au milieu du rayon. Mais ouf, ça a bien marché. Perdue devant toutes les céréales, graines, fruits secs, thés, cafés, muesli etc. proposés, je me suis rabattue sur mes pâtes habituelles, mais je crois que le vrac va devenir ma norme, car les prix sont normaux et raisonnables, et c’est un système sympa qui réduit les emballages et permet d’acheter pile les doses dont on a besoin. Même si à ce point de vue, je n’ai pas le compas dans l’œil, et il va me falloir un peu de temps pour savoir jauger les quantités. À ces prix-là, acheter bio est à portée de mon portefeuille.

Ce qui n’est pas le cas de tout le magasin, loin de là. Des saucisses de porc à 18€ le kilo, des packs de 6 bières (33cl) à 13€, de l’huile d’olive à 12€… ça pique un peu. Certains produits, dont des douceurs comme des charmantes nonettes à la framboise sont vraiment onéreux (genre 6€ le paquet, je ne suis plus très sûre, quand j’y repense je me dis que j’aurais dû craquer, ça doit vraiment être divin). Il faut faire un tri, et savoir se faire plaisir avec modération. Mais cela va aussi avec ce que j’essaie de mettre en place dans mon alimentation : manger moins, mais mieux.

Au rayon fruits et légumes, pas besoin de se prendre la tête pour savoir ce qui est de saison : il n’y a que ça, et j’ai découvert des légumes que je ne connaissais pas. Comme des navets jaunes. J’ai été trop timide pour en prendre. Intimidée de même par les cucurbitacées bizarres dont je n’ai pas la moindre idée de la façon dont ça se cuisine. Mais j’apprendrai !

Ce que j’aime : des fruits locaux non-calibrés, comme ceux du jardin !

Les bières m’ont fait envie et j’ai acheté des bières de la brasserie Lancelot (Morbihan) en version blonde, blanche, et rousse, à 2,38€ la bouteille de 33cl. Je déguste la « Nuit rousse » en écrivant ces lignes, elle est très parfumée, je vous la recommande.

Il y a toutes sortes de pâtes, et plein de confitures, coulis, arômes, des trucs sympas pour la pâtisserie. Et du thé et du café à ne plus savoir où donner de la tête.

Alors ça a été une bonne surprise, même si ça va demander des ajustements, de l’apprentissage, et sans aucun doute, de réduire ma consommation de viande (ce qui reste compliqué lorsqu’on n’a pas toujours envie de faire la cuisine et qu’on a l’habitude d’en manger sans se poser de questions).

On peut adhérer à la coopérative (qui s’appelle Scarabée, Société Coopérative Anonyme Rennaise d’Alimentation Biologique Et d’Écoproduits) en achetant une part sociale à hauteur de 30€, ce qui donne droit à une réduction de 5% sur nos achats.

Le réseau Biocoop est partout en France, renseignez-vous pour trouver la coopérative la plus proche de chez vous !

www.biocoop.fr

Wakefield – Nathaniel Hawthorne

Je vous propose de découvrir ou re-découvrir ce récit de Nathaniel Hawthorne, qui figure parmi les nouvelles les plus étranges que j’ai pu lire jusqu’ici. On y est invités à s’immiscer dans l’esprit de Wakefield, un homme plutôt banal, qui décide un jour de faire une « plaisanterie » à sa femme. Il lui annonce qu’il va s’absenter une semaine à la campagne, au lieu de quoi il loue un appartement dans la rue voisine. Mais au lieu d’y séjourner une semaine comme prévu, il va y passer vingt ans de sa vie…

À télécharger en format pdf sur la page Réalisations.